Array Un juge donne raison à Messi dans l'affaire Adidas-Nike - FC Barcelona Clan

Article | Messi | mercredi 28 mars 2007 à 19:09  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

Un juge d'affaires a donné la raison au joueur du Barça, Lionel Messi, et a écarté la demande présentée par Nike, qui lui demandait une indemnisation de de 5.5 millions d'Euros pour avoir signé un contrat avec Adidas quand il était en négociations avec la marque américaine


Dans la sentence, le titulaire de la cour marchande numéro 4 de Barcelone considère qu'il est "impossible" que le document signé entre Messi et Nike le 23 mai 2005 puisse être qualifié d'accord définitif, ce pourquoi "elle n'est pas lié" et il s'agit seulement "d'une proposition de contrat" dans laquelle l'international argentin et la marque américaine s'engagent expressément à continuer à négocier pour l'élaboration d'un contrat définitif.

Devant cette situation, le juge a rejeté le recours de Nike et a désinculpé Messi et Adidas, qui ont finalement signé le 31 janvier 2006 un contrat de cession de droits d'image par lequel le joueur de Barcelone a plus que triplé les revenus que lui offrait Nike.

La relation contractuelle entre Nike et Messi, représenté par son père Jorge, a été entamée le 1 avril 2002, quand le joueur, qui était dans les catégories inférieures du FC Barcelone, s'est engagé à utiliser exclusivement les produits Nike en échange de la livraison de matériel sportif de cette marque pour un montant de 3.005 Euros annuels.

Pendant l'utilisation de ce contrat, qui expirait le 31 avril 2004, Messi avait debuté avec l'équipe première du Barça à seulement 16 ans lors d'un amical à Porto.

En fin de contrat, ils ont entamés les conversations pour leur rénovation, à une époque où le joueur commençait déjà à se faire remarquer et avait debuté avec l'équipe première dans un match officiel, concrètement le 16 octobre 2004.

Bien que les conversations ont été prolongées par manque d'accord dans les quantités économiques, le joueur a continué à faire usage des produits Nike dans les entraînements, matchs et apparitions publiques.

Finalement, le 23 mai 2005, dans les installations du club azulgrana, un document entre Nike et le joueur a été signé sur la cession des droits d'image du joueur de football.

Ce document est la clé de ce litige, puisque pour la marque américaine il est astreignant, et pour le joueur et Adidas, non.

L'ÉCLOSION DU CRACK


Après la signature de ce document, en mai 2005, Messi a ébloui lors du mondial de football des -20 organisé en Hollande entre juin et juillet 2005, dans lequel il a été proclamé champion avec la sélection argentine et a aussi remporté le titre de meilleur buteur et de meilleur joueur du tournoi.

Un peu plus tard, le 17 août 2005 Messi debutait avec la sélection nationale argentine dans un match amical.

Quand il était encore en pleines négociations avec Nike et que son éclosion était déjà un fait, entre fin septembre et début d'octobre 2005, Adidas a été mise en contact avec le père du joueur pour lui faire une offre qui faisait plus que tripler celle de Nike, en passant de 180.000 EURO 600.000 durant la première année de contrat.

En connaissant ces contacts, Nike a envoyé le 12 octobre 2005 une lettre à Adidas en l'informant de l'existence d'un "contrat en vigueur" entre la signature américaine et le joueur.

Postérieurement, le 11 janvier 2006, Nike a adressé à nouveau une lettre à Adidas dans lequel il lui demandait qu'il cesse ses négociations avec le joueur, avant qu'Adidas ne réponde en rejetant les accusations de déloyauté.

Parallèlement, à la suite de l'offre d'Adidas, Nike a accepté de renégocier les conditions économiques du contrat, mais sans arriver à aucun accord avec Messi.

Finalement, le 29 janvier 2006 Messi a envoyé une lettre à Nike en considérant comme terminées les négociations et en demandant que l'entreprise n'utilise plus son image.

Le jour suivant, Messi n'est plus apparu avec des equipements Nike dans les entrainements du Barça et le 31 janvier 2006 il a signé un contrat de cession de droits d'image avec Adidas et a porté les chaussures de cette marque allemande dans un match officiel.

Dans sa sentence, le juge a donné la raison à Messi en comprenant que le document signé le 23 mai 2005 était seulement une "proposition de contrat puisqu' "en lui on reconnait qu'on est en plein processus de négociation, mais qu'il restent beaucoup de détails à examiner entre les parties".

"D'après les termes du document, il faut exclure que nous nous trouvions devant un contrat définitif parce que les parties s'engagaient expressément à continuer à négocier pour l'élaboration d'un contrat définitif", selon la sentence.

Pour cette raison, selon le juge, "si les parties s'engagaient à continuer à négocier, et il paraît clair que ce fut un de ses compromis, il est simplement impossible qu'on puisse qualifier cet accord de contrat définitif".

En outre, il estime que le joueur et Adidas ont profité légalement du fait qu'ils n'avaient pas conclu le contrat entre Nike et Messi pour cesser les négociations et ils ont signé un contrat avec une rémunération largement supérieure.

Source: Sport

Posté par zinjou
Article lu 10259 fois