Array FC Barcelone 4-0 Granada – Messi, un remède aux turbulences - FC Barcelona Clan

En Une | Liga | lundi 11 janvier 2016 à 10:03  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

Le Barça, composé d’une équipe remaniée, a écrasé une équipe de Grenade plutôt bancale, mené par un Messi auteur d’un triplé.

Après plusieurs jours à parler de tout sauf de football, jours pendant lesquels le contexte a été et continue de se situer au-delà du jeu, contexte durant lequel les discussions se transformèrent en une succession de commentaires regrettables faisant plus de mal que de bien au sport, Barcelone et Grenade s’affrontaient au Camp Nou. Beaucoup d’enseignements sont d’ailleurs à tirer de cette partie.

Luis Enrique avait placé sur le terrain quelques joueurs inhabituels. C’était la première fois qu’Aleix Vidal était titulaire, Vermaelen se positionnait aux côtés de Piqué, Arda Turan occupait le poste de milieu relayeur gauche avec Sergi Roberto en sentinelle. Ce dernier s’est révélé particulièrement utile du fait de la nécessité pour Sergio Busquets de se reposer et en raison de son niveau affiché. Le natif de Reus est, sans l’ombre d’un doute, l’un des plus grands apports de Luis Enrique aux Culés. Aujourd’hui, dans des dispositions avantageuses, Roberto a montré beaucoup d‘assurance et joue à chaque fois de mieux en mieux au milieu de terrain. Il arrive à ressortir de façon propre et sûre de l’arrière, possède une conduite de balle appropriée et il est rare de le voir rater une passe. Sa première faute eut d’ailleurs lieu à la 38e minute. Sergi Roberto a déjà joué à six postes différents cette saison : la polyvalence à l’état pur.

Du côté de Grenade, l’approche fût quelque peu incohérente face à ce Barça là. Le bloc défensif était trop haut, constitué d’une ligne de cinq joueurs et de trois milieux devant eux, ce qui permit au Barça de régner sur le milieu de terrain et de contrôler le match à la perfection. En attaque, Success et Peñaranda se débrouillaient seuls mais eurent du mal à se créer des occasions. La ligne défensive de Grenade était complètement décousue, avec un Uche pas habitué à ce genre de tâche. Le Barça s’en est rendu compte et a multiplié les attaques dans sa zone.

Et puis, il y eut Messi. Deux buts durant la première mi-temps. Le premier après une phase de jeu qu’il a initiée lui-même. Suarez laissa passer le ballon et Arda fit la passe décisive pour l’Argentin (1-0). Plus tard, le deuxième arriva après une autre excellente combinaison du trident culé qui, malgré la nouvelle année, conserve la même énergie (2-0). La pire nouvelle pour les Blaugranas a été d’arriver à la mi-temps avec seulement deux buts d’avance. La domination et les occasions étaient omniprésentes.

Peut être parce que ni Grenade ne crût en ses chances de revenir au score, ni Barcelone en ses possibilités de tuer le match, la seconde mi-temps fut jouée sur un faux rythme. Les joueurs de Sandoval désertèrent plusieurs fois leur poste dans le but de défendre en avançant. Ils se concentrèrent ainsi au niveau de la ligne médiane, ce qui leur permit d’être plus à l’aise offensivement. La circulation de balle barcelonaise et les mouvements des joueurs furent plus lents. Presque sans effort mais sachant que les buts les attendaient, Messi (un autre triplé et 295 buts en Liga) puis Neymar entérinèrent cependant une victoire écrasante (4-0).

L’équipe de Grenade joue dans une autre catégorie, mais avec le leadership de Success et Peñaranda, ils sont à même de se battre pour conserver leur place dans l’élite espagnole. En ce qui concerne Barcelone, ils continuent sur leur bonne dynamique, en dépit des récents matchs nuls. Il y eut beaucoup de sourires hier, chose essentielle pour faire face au calendrier difficile des prochaines semaines. La superbe forme actuelle d’Alba, l’investissement de Vermaelen, la polyvalence de Sergi Roberto ou encore les facilités démontrées par Arda Turan et Aleix Vidal à s’adapter au schéma de jeu barcelonais sont de bonne augure pour les matchs restant au Barça.

Et Messi. Messi est un remède aux turbulences. Même s’il les remporte toutes, il n’a pas besoin de récompenses individuelles. Le regarder jouer est la plus belle des récompenses.


Source: Match Report: FC Barcelona 4 - 0 Granada

Posté par Senox10
Article lu 2636 fois