Array Thiago prêt pour le grand saut [2/3] - FC Barcelona Clan

En Une | Thiago Alcantara | jeudi 25 août 2011 à 01:49  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

Thiago Alcántara est un joueur de talent à la patte droite rare. Déjà pointé par la presse sportive internationale comme une perle à suivre de près, Thiago est prêt à franchir un pallier. Dans ce second article consacré au joueur, nous détaillerons les particularités de son jeu.

Thiago, ou la nouvelle perle de la Masia

 

Son jeu

Thiago se distingue par une formidable aisance balle aux pieds, qui s'explique par sa facilité technique et la justesse non seulement de ses contrôles, mais aussi de sa conduite de balle ; il ne trouve ainsi aucun mal à se défaire de l'adversaire, et peut d'une touche de balle prendre l'ascendant sur celui-ci et le dribbler avec simplicité. Ce qui caractérise sa maîtrise technique, c'est notamment la capacité à éliminer l'adversaire sans perdre pour autant sa lucidité ou son timing de course, il peut ainsi dribbler plusieurs défenseurs à la fois sans hacher sa conduite de balle, et donc en ayant une probabilité plus réduite de perdre le ballon. Une qualité rare et qui semble tellement facile à vue d’œil, mais pourtant réservée à un cercle très restreint de footballeurs, comme Messi, Iniesta ou encore Özil... Qualité qui lui vaut d'être dans le viseur de plusieurs grand clubs européens, mais le Barça n'est pas vendeur. Cette incroyable facilité technique, qui lui permet de tout faire ou presque avec le ballon, lui a ouvert les portes de l'équipe première cette saison, et peut-être qu'elle lui confèrera, un jour, les clés d'un milieu catalan plus qu'à cheval sur l'aisance balle aux pied, que ce soit dans la conduite ou dans les dribbles.

Les dribbles justement, un chapitre de l’œuvre que l'auteur aime aborder. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, Thiago essaie toujours de compliquer son jeu, à coups de roulettes et autres  talonnades... Ces abilités sont néanmoins une des facettes du football du personnage, une force qui lui confère imprévisibilité et génie, et maximise l'appréhension d'un adversaire en 1 contre 1, souvent résigné à endosser le rôle d'une roche dans un pré : ne servir qu'à occuper de l'espace dans l'aire de jeu. Encore faut-il souligner que le Thiago actuel, à force de côtoyer les garants du toqué barcelonais, a commencé à limiter ses frasques footballistiques, donnant ainsi maturité et fluidité au jeu de l'équipe. Il sacrifie son talent pour n'en garder que ce qui profitera à l'effectif, n'en déplaise à ses fans adeptes de free-style sur Youtube... ceux qui comprennent la conception Barça le porteront sûrement dans leurs cœurs.

À souligner son contrôle de balle parfois loin du geste de base, puisqu'il essaie souvent de capter le ballon avec la semelle, le gardant sous le pied l'espace d'un instant, ce qui lui permet de jeter un regard ou deux sur le futur destinataire, un geste qui témoigne d'une certaine maturité dans son football et qui n'est pas sans rappeler Xavi ou Iniesta. Là où réside la différence avec le jeune Canterano, c'est qu'il use aussi du geste au moment de dribbler, ce qui est délicat puisque l'adversaire a plus facilement l'accès au ballon, et pourtant rien n'y fait, non seulement il le garde mais il élimine un vis-à-vis avec brio, comme le faisait en son temps un certain Ronaldinho. Toujours en parlant de dribble, le double-contact apparaît comme une arme secrète de plus pour le petit Thiago, geste qu'il affectionne au moment de dribbler dans un périmètre très restreint, il n'en use cependant pas de façon exagérée, geste qui doit aussi être travaillé, puisqu'en y regardant de plus près, il ne contrôle pas le ballon du pied opposé avec précision, contrairement à son compère du milieu Andrés Iniesta, bien que la vitesse d'exécution de ce geste technique assez extrême est bien dosée par Thiago.

Sa palette technique ne se limite pas aux dribbles et autres gestes exotiques, bien au contraire, sa technique de passe est aussi un atout à faire valoir, entre la spécialité maison (transversale extérieur pied droit), les une-deux incisifs, et autres passes à l'aveuglette... Ce qui est intéressant et qui plus est en parfaite harmonie avec le football tout en fluidité du Barça, c'est sa capacité à distiller des passes sans contrôle avec une précision diabolique, condition sine qua non pour garder le rythme à un niveau élevé sans pour autant avoir des occasions de buts.

Ajoutez à cela sa vision de jeu prometteuse qui s'affûtera avec l'expérience des années, et qui lui permet d'être en contact permanent avec la grande majorité de ses co-équipiers sur le terrain, bien qu'il ne sente pas encore les failles adverses, ou les bons ballons dans le dos de la défense, un classique qu'il apprendra dans ses entraînements quotidiens. Son jeu de tête quant à lui tient la route, il y met de la fougue et de la précision, comme on a pu le constater face à Alméria par deux fois cette saison, ou contre le Bayern en pleine pré-saison, impressionnant pour un gabarit, assez frêle de sur-croît,  d'1m72.

Dans cet océan de qualité, il est intrigant de voir que la majorité de celles-ci se retrouvent en phase avec le jeu du Barça. Il est aussi difficile de trouver un défaut, si ce n'est que son football est parfois trop dans la précipitation, et qu'à force de vouloir améliorer la fluidité du jeu, il bascule dans un faux rythme, un peu trop rapide pour notre football à nous, justement basé sur l'instauration d'un tempo lent avec des décalages meurtriers. On peut y voir le signe d'un manque d'intégration mais surtout d'automatismes avec ses collègues seniors, chose qui, à maintes reprises lors de la saison précédente, a fait perdre au Barça quelques ballons dangereux. Une bêtise qui contraste avec la maîtrise technique du bonhomme. La jeunesse sans doute...

D'autre part, il n'en demeure pas moins que le joueur se doit d'améliorer plusieurs facettes de son jeu, sa technique de tir est très irrégulière pour un milieu à vocation offensive, même s'il lui arrive de marquer des buts lointains, ses  tirs sont, de manière générale, assez mous et sans reliefs bien qu'appliqués, c'est ce qui a été longuement constaté avec la filiale ou avec les sélections de jeunes de l'équipe d'Espagne, ceci dû au manque de calme au moment d'affronter le dernier rempart adverse, causé par la légèreté de son expérience que seul le haut niveau saura modeler. Il ne faut pas s'y tromper : son but plein de malice face à la Suisse en finale de l'Euro U21 ou encore sa lucarne face à Manchester ne sont que le séquoia qui cache la forêt, malgré un potentiel monstre qu'il se devra lui-même de croître.

À améliorer aussi : sa précision sur coup de pied arrêté, ses corners sont généralement mal tirés, ils finissent soient dans les gants du gardien, soit très près du premier poteau, ce qui doit être revu et retravaillé, de même pour ses coups-francs, lui qui y fit preuve de beaucoup de réussite avec les différentes catégories juniors du Barça, en les plaçant avec ingéniosité en lucarne au-dessus du mur, chose qu'on n'a malheureusement plus vue depuis belle lurette de sa part.


 

Son positionnement

Qui dit positionnement dit placement, et qui dit Xavi dit omniscience. Deux notions encore perfectibles chez Thiago, qui a tendance à s’oublier et à baisser le pied au fil des minutes, impensable voire condamnable pour tout joueur visant un jour à devenir le chef d'orchestre du FC Barcelone. Son apport est aussi fatalement lié à sa mobilité sur le pré ; en ce sens, il se doit d’arpenter le terrain, multipliant les appels, gardant le rythme 90 minutes durant, ce n’est pas un hasard si Xavi termine ses matchs avec le plus de kilomètres parcourus au compteur. Des qualités nécessaires qu'il améliore constamment selon son entraîneur Luis Milla : «Quand je l’ai connu, il lui manquait ce sens du placement », avant de nuancer, comme pour rassurer les supporters que nous sommes, « Mais, depuis 1 an et demi, j’ai assisté à un grand changement, il s’améliore dans tous les compartiments du jeu d'ailleurs. »

Le joueur progresse de plus en plus à ce niveau, comme le montre son Euro U-21, il se positionne à la manière de Xavi, revenant soutenir sa défense à la relance, faisant le jeu au milieu de terrain et, parfois, attaquant en faisant des appels dans le dos de la défense, multipliant les possibilités pour ceux qui font le jeu à ses cotés. Thiago se replie également très bien sur les contre-attaques adverses, son placement lui permettant d'effectuer un pressing pour soulager le milieu défensif du « sale boulot », bien que ceci n'ait pas porté ses fruits au Bernabeù en Supercoupe d'Espagne 2011. À lui de montrer qu'il possède, comme le loue souvent Pep Guardiola, une marge progression dans le jeu défensif sans ballon.

Le jeu sans ballon lui offre surtout la possibilité d'être toujours une solution pour ses coéquipiers, proposant moultes alternatives, revenant en arrière, repartant même de l'avant, faire un simple appel pour amener l'adversaire sur lui et ainsi libérer un équipier du marquage souvent très serré que doit subir le Barça, et dont il est impossible de se débarrasser d'une autre manière que via les successions de déplacement et de décrochages.

Toutefois, le plus important est de s'affirmer contre l'adversaire en se sublimant grâce aux apports des autres joueurs du club, et de proposer lui aussi afin d'aider l'équipe et apporter sa pierre à l'édifice, il doit aussi gagner de la présence physique, car quoi qu'on en dise le football est un sport de contact, et Thiago est encore trop facile dans les duels.
Ce n'est qu'après avoir rectifié ces détails d'ordre tactique et physique que sa technique saura prendre le pas et que son talent saura être exposé au premier plan. Xavi ou Iniesta ont pris un temps fou pour atteindre leur plénitude et tirer le meilleur de leur football, espérons que le sablier sera plus indulgent avec Thiago qui lui doit faire face à une concurrence de tout premier ordre.

 

Barça-compatible ?

Thiago, formé depuis son jeune âge à la Masia, étant passé par toutes les catégories inférieures du Barça, ne peut être incompatible avec un système avec lequel il a travaillé et pensé le football depuis 2005 et son arrivée en Catalogne. Alors oui, il l'est, oui car son jeu de passes, bien que précis et généreux, peut être amélioré dans le futur. Certes, Thiago en use beaucoup et arrive à atteindre des statistiques que seul Xavi et Iniesta n'auraient pas à envier, seulement, il oublie souvent dans son élan habituel d’égoïsme et d'insouciance l'essentiel qu'est le collectif, comme le souligne l’adjoint de Luis Enrique, son entraîneur au Barça B, Joan Barbara : «Quand il est arrivé à la filiale, on lui a signifié qu’il jouait trop rapide, trop direct, mais il est tactiquement très respectueux et a travaillé ces quelques détails. »


Son jeu tout en mouvement, lui permet de rester en contact permanent avec ses partenaires sur le terrain et de mieux garder la balle, alors que sa vision du jeu plaide en sa faveur, lui qui va à peine démarrer la première saison de sa carrière en tant que professionnel à part entière au sein de l'équipe A. Et puis, comment diable Thiago ne pourrait-il pas s'améliorer alors qu'il a « le meilleur exemple qu’est Xavi !! », s’exclame Luis Milla, tout comme lui milieu de terrain pur produit de la Masia, Don Balon 1989 au sein d'un autre Barça épique, celui de Cruyff. Luis Milla est d'ailleurs l'entraîneur de Thiago chez les Espoirs Espagnols.

Être Barça-compatible n'est pas une fin en soi, encore faut-il savoir s'adapter à l'équipe, assimiler les automatismes et étoffer son football afin de s'intégrer pleinement dans un collectif aussi fort et soudé que le Barça où un noyau dur est déjà arrivé à maturité. Thiago se devra de travailler dur, de ne jamais se reposer sur ses acquis, de savoir gérer l'effort physique pour réussir enfin à produire 90 minutes de très haute intensité dans les grands rendez-vous, c'est d'ailleurs le chemin dans lequel Thiago semble doucement s'aventurer, sans pression maintenant qu'un Cesc Fàbregas a rejoint l'effectif, de bon augure à l'aube d'une carrière riche peut-être sous le signe du Barcelonisme.


Xavi ou Iniesta ?


Milieu relayeur de formation, Thiago évolue toujours dans son poste de prédilection, dans un registre très proche à celui de Xavi et à un degré moindre celui d'Iniesta.

Il possède les caractéristiques des deux profils, alliant facilité de dribble (Andrés Iniesta) et sens de l'organisation (Xavi), pourtant, tous les observateurs s’accordent à dire que ses capacités seraient mieux exploitées dans un rôle de maestro, sa qualité de passe pouvant permettre de distiller de bons ballons, sa vision du jeu, elle, est en parfaite adéquation avec son désir permanent d’être le centre du jeu, le temporisant et l’accélérant à sa guise.

Il peut également se projeter vers l'avant, dans un style proche de celui d'Iniesta. Il constitue un savant mélange de qualités que possèdent les deux métronomes du jeu catalan, le premier but du Barça face au Real lors du Clasico du 29 novembre 2010 (5-0) permet d'illustrer schématiquement les capacités de Thiago : il peut ainsi cavaler, prendre la profondeur et mettre le but que met Xavi (cf. le but de Thiago contre Sociedad), tout comme il peut garder le ballon, et mettre un co-équipier sur orbite, comme Iniesta sur cette même action.

Par ailleurs, il ne pourra en être autrement, tant le joueur aimante tout les ballons vers lui, tel un... Xavi, loin du Iniesta qui évolue dans un registre de perforateur entre les lignes adverses, qui échoue souvent en position de frappe, pour organiser aux abords de la surface de vérité, plus proche ainsi des attaquants que des défenseurs, contrairement à Thiago, qui officie plus en complément d'Iniesta, et ce à plusieurs reprises (cf. Villareal-Barça ou la pré-saison 2011).

L' Europeo a d'ailleurs dévoilé le visage d'un Thiago rayonnant en guise de relayeur, juste devant Javi Martinez et derrière Ander Herrera. Durant cet Euro, le canterano a alterné la construction et la perforation balle aux pieds, un double visage qui a joué en sa faveur, et qui lui a permis de taper dans l’œil de nombre de spécialistes. Il a tout de même plus passé ses minutes en train d'organiser le jeu, un indice de plus qui tend à confirmer que ses entraîneurs penchent plus pour en faire un Xavi, que ce soit Pep qui l'aligne avec Andrés Iniesta, ou Milla qui a fait de lui le cerveau et le dépositaire numéro 1 du jeu espagnol.

Le plus important est de voir que tous ces joueurs (Xavi, Iniesta, Thiago, et maintenant Fàbregas) sont polyvalents et complémentaires, l'un peut jouer le rôle de l'autre avec plus ou moins le même rendu, et le Barça ne s'en retrouvera que bonifié.

Conclusion : Thiago évolue non seulement dans la même position sur le terrain que Xavi, mais effectue aussi les mêmes tâches, et a la même empreinte et la même importance sur la fluidité du football  produit. Cependant, il peut plus souvent s'émanciper de ce rôle en se projetant vite vers l'avant, et en cherchant à instaurer de par lui-même une connexion avec les attaquants, c'est ce détail qui fait illusion et qui fait d'ailleurs penser qu'il joue le rôle d'Iniesta, alors que ce n'est qu'une branche, qu'un atout de sa palette déjà très variée,  la base étant une organisation du jeu bel et bien Xaviesque.

[vidéo] le style de jeu et de passes de Thiago en référence à Xavi


Cesc-Compatible ?

Pour tenter de répondre à la question que tout le monde se pose, auquel bon nombre de joueurs blaugranas se sont retrouvés confrontés (et gênés pour dire vrai), nous tenterons de reformuler la question en une expression plus explicite et moins vague : Fallait-il acheter Fàbregas, sous peine de freiner la progression de Thiago ?


Nous voilà donc tout de suite plongés dans le bain, ou plutôt dans un débat houleux, qui divise les supporters que nous sommes. Alors, au lieu d’afficher une préférence teintée de subjectivité tant chacun a un point de vue propre sur la question, ou de peser le pour et le contre sachant que les deux ne mèneraient à aucune issue impartiale, il vaut mieux présenter les faits, que sont :

- Pep Guardiola a toujours donné leur chance aux jeunes ayant fraîchement signé un contrat professionnel avec le Barça. Ce fut le cas de Pedro, qui ayant devant lui Henry et Bojan dans la hiérarchie, a su faire irruption et profiter de circonstances (certes favorables) pour se faire une place de titulaire. Ce fut aussi le cas avec Busquets, qui a prouvé son talent et sa légitimité au fil des mois et des rencontres.

- Les joueurs qui ne réussissent pas à montrer leurs qualités respectives, à l'instar de Jeffren ou de Bojan, ont été pénalisés par de multiples facteurs (blessures, ou alors le fait de ne pas convaincre durant les minutes offertes en fin de match, étape que connaissent tous les footballeurs à cet âge précoce de leur carrière), n'offrant ainsi à Pep aucune alternative concrète au moment de constituer son onze hebdomadaire. À Thiago de se montrer et d'éviter de faire partie de la catégorie des jeunes cracks déchus.

- Pep, encore et toujours lui, n'est pas avare en turn-over, il a ainsi toujours réparti le temps de jeu des Canteranos, pour l'accroître progressivement avec le temps et les bonnes prestations, de manière à ne jamais les griller ou les mettre sous une pression médiatique trop forte.

- La réponse du Mister sur le sujet après le doublé de Thiago contre le Bayern en finale de l'Audi Cup fut sans équivoque : « Dans une saison si large, et avec un effectif si court, il y'a de la place pour tout le monde, jouera qui le méritera »... Si c'est le patron qui le dit.

- Thiago n'arrive pas de nulle part en équipe première, comme c'était le cas de Pedro en 2010. Il a déjà eu sa chance à plusieurs occasions, souvent dans des petits matchs pour faire tourner comme contre Ceuta ou le Rubin Kazan, ainsi que les matchs sans enjeu de Liga. Pourtant, Thiago a eu la confiance de son entraîneur contre un gros de Liga, soit Villarreal dans son antre du Madrigal, ou récemment au Bernabeù face au Real Madrid en Supercoupe comme titulaire. Une grosse marque de confiance de la part du coach Barcelonais.


Conclusion: Il est clair et net que le temps de jeu de Thiago baissera avec le transfert de Cesc Fàbregas, mais Pep est conscient qu'il tient là une pépite, peut-être disposée à être dans les meilleurs joueurs du monde, alors il paraît tout à fait logique que Thiago aura ses quarts d'heure de gloire sous le bienveillant éclairage du Camp Noù, où il devra se donner afin de prouver sa véritable valeur.

De plus, le technicien qu'est Pep aura moultes possibilités afin d'élaborer de nouvelles tactiques, il pourra ainsi densifier le milieu, ou faire tourner sans perdre de qualité...Cela ne fera que corser une concurrence qui serait alors terrible, mais aussi nécessaire pour un Barça qui cherche à demeurer comme figure montante et top mondial en matière de beau jeu, ne serait-ce que pour quelques années de plus.

 

Ceci clôture le second article de la série dédiée à Thiago Alcantara. Ne manquez pas la prochaine chronique consacrée à Thiago, qui retracera cette fois son parcours en sélection espagnole, très bientôt sur le FCBClan.

 


Source: FCBClan (Barcamundial & Bbarça)

Posté par Bbarça
Article lu 8131 fois