Array Real Madrid 2-1 FC Barcelone : Le coktail, avec ou sans paille ? - FC Barcelona Clan

En Une | Supercopa | jeudi 30 août 2012 à 17:08  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

Une première demie heure indigne de cette équipe et une seconde période bien plus enthousiasmante. le Barça aura offert le film du match sur un plateau, permettant au Real Madrid de remporter la Supercoupe d'Espagne.

Les faits et le jeu

La rencontre au Bernabeu était celle de tous les dangers. Entre un Real au bord de la crise et un Barça plutôt confiant mais avec quelques réserves, ce clasico offrait une saveur particulière et la pression était beaucoup plus grande qu'à l'aller.

Alors, pas de surprises lorsque les onze apparaissent, tout le monde est là pour gagner ce trophée mineur mais important quant à la teneur du rendez-vous.
Côté Real Madrid, Mourinho retrouve Pepe, et titularise Di Maria et Marcelo, remplaçants à l'aller. Pour le reste, c'est du classique, avec Casillas aux buts. Arbeloa et Sergio Ramos accompagnent dont Pepe, de retour après sa blessure, et Marcelo. Au milieu, c'est toujours le tandem Xabi Alonso-Khedira qui est aligné. Di Maria à droite, Cristiano à gauche, Özil derrière Higuain, encore une fois préféré à Benzema.

Tito Vilanova aligne lui Valdes, Alves, Piqué, Mascherano, Alba, Busquets, Xavi, Iniesta, Alexis, Messi et Pedro. Mais à la dernière minute, Dani Alves ressent une gène musculaire et le brésilien est contraint de laisser sa place à Adriano, qui sera aligné à droite.

 

 

La rencontre débute tambours battant du côté madrilène avec un pressing de tous les instants. Les catalans sont complètement hors du sujet et ne rentrent pas dans la rencontre. Higuain offre le premier avertissement aux barcelonais mais Valdes gagne son duel (6'). Les hommes de Vilanova sont complètement étouffés et peinent à sortir le ballon. Pire encore, ils affichent un état d'esprit complètement désinvolte et offrent une prestation abyssale. En face, les merengues veulent à tout prix se rassurer devant leur public de ce mauvais début de saison. Et ce qui devait arriver arriva. Sur un dégagement à l'anglaise de Pepe, Mascherano (qui joue son 100ème match en tant que blaugrana) se troue complètement et profite à Higuain qui s'en va défier Valdes pour le battre, 1-0 pour le Real Madrid après onze minutes de jeu seulement.
Et le cauchemar continue, les culés ne sont toujours rentrés dans la rencontre, Marcelo côté gauche arme un centre tir assez puissant mais le ballon passe à côté (16').

 

Un premier quart d'heure totalement madrilène, qui offrent une leçon d'envie à ses adversaires. Sur l'une des premières phases de jeu catalanes, Özil profite du cafouillage pour offrir un long ballon vers Cristiano Ronaldo. Piqué juge mal le rebond ce qui permet au portugais de l'éliminer d'une aile de pigeon subtile. Le portugais prend son temps pour ajuster Valdes, qui n'a pas la main assez ferme et le Real double la mise après vingt minutes de jeu, 2-0. Deux erreurs défensives offrent deux buts aux madrilènes, qui sont très attentifs face à la possession catalane et jouent directement le contre face à une défense étrangement haute ce soir.
Un ligne de 4 qui prend le risque inhabituel de se positionner à la ligne médiane, ce qui laisse des espaces énormes derrière eux, et même lorsque le bloc redescend, Higuain est quand même trouvé dans la profondeur pour défier Valdes, mais encore une fois le portier catalane évite la correction (22'). Deux minutes plus tard, sur un coup franc excentré l'arbitre annule le but de Sergio Ramos de la tête à cause d'une faute sur Mascherano dans la surface.
À la demie heure, les locaux répètent le même schéma, attentifs en défense + passe dans le dos de ligne défensive très haute, Adriano ne parvient pas à couper la transmission et Cristiano Ronaldo peut partir seul aux buts. L'ancien sévillan le rattrape quand même pour le faucher, dernier défenseur, l'arbitre expulse Adriano.

Une soirée complètement irrationnelle pour les hommes de Vilanova qui n'ont rien compris à ce qui se passait. Pendant que Montoya s'échauffe, Marcelo centre en retrait pour Khedira qui reprend de volée mais Valdes capte le cuir (29'). Montoya entre à la place d'un Alexis Sanchez fantomatique. Avec les deux buts d'avance, les madrilènes commencent légèrement à reculer tandis que les catalans entrent enfin dans la partie. Mais la défense barcelonaise a des errements dans le placement qui peuvent être fatale. Cristiano Ronaldo trouve Higuain dans la profondeur, il faudra un retour miraculeux de Mascherano qui contre le tir de son compatriote argentin (33'). L'ouragan est passé, les culés montrent enfin un peu plus d'envie et de jeu dans le camp madrilène. Iniesta repique dans l'axe et frappe fort devant le but, Montoya est trop court pour reprendre le ballon (37'). La partie s'équilibre, le pressing madrilène baisse en intensité, le Barça retrouve son rythme et porte un peu plus le ballon. Messi se découvre enfin, mais l'infériorité numérique se fait beaucoup ressentir lorsqu'il s'agit d'attaquer.
Le meilleur joueur de la planète tente de sonner la charge, il provoque un coup franc à environ 25 mètres des buts de Casillas. Messi enroule et le ballon finit magnifiquement dans le petit filet, la Pulga redonne espoir aux siens avant la mi temps, 2-1 pour le Real Madrid. Un maître coup franc de Messi, qui permet aux catalans d'y croire encore.
Derrière, comme agacé par ce coup franc somptueux, Cristiano Ronaldo arme de loin, le ballon frôle le poteau (46'). C'est ensuite Di Maria sur la droite dans la surface qui n'arrive pas à enrouler son ballon, le cuir passe à côté (47').
La mi temps est sifflée, le Real rentre aux vestiaires avec un net avantage. Si les catalans n'ont qu'un but à marquer, les madrilènes ont quand même affichés une plus grande motivation et une envie de vite retourner la tendance, avec une capacité de réaction très forte, juste après le but de Messi. Après la première demie heure amorphe, les blaugranas finissent mieux, mais à dix la tâche s'annonce difficile.

 

Le second acte reprend, sans changements, petit à petit le Real se recroqueville dans son camp pour laisser le cuir à l'adversaire. Une fatigue certaine après un pressing intense durant la première demie heure, et aussi, un petit compte d'épicier. En effet les madrilènes sont pour l'instant vainqueur de la double confrontation, alors ils reculent histoire de laisser venir l'adversaire qui doit marquer, et jouer les contres dès que l'occasion se présente.
Mais même à dix, les blaugranas arrivent à trouver les espaces et montrent encore une fois que les laisser venir n'est jamais bon. Pedro est superbement servi dans la profondeur, après un contrôle parfait, sous la pression des centraux, l'ailier champion d'Europe arme son tir malgré le ballon qui reste entre ses jambes, Casillas remporte le duel (62').
Les catalans continuent de dominer, mais les locaux n'hésitent pas à se montrer dangereux dans le camp adverse. Khedira devient Messi le temps d'une accélération au milieu de blaugranas passifs, l'international allemand se joue de Mascherano et se présente seul face à Valdes mais le gardien catalan gagne encore son duel (68').
Malgré la fatigue, les madrilènes n'hésitent pas à tenter l'offensive sur les remontées de balle, les catalans offrent un bien meilleur visage, malgré quelques phases statiques. Iniesta tente de lober Casillas du milieu de terrain, mais le ballon passe juste au dessus (70').

 


Les catalans sont parfois stérile, en grande partie à cause du manque d'un joueur, mais l'ouverture est parfois trouvée. Jordi Alba part dans le dos de la défense et profite d'une ouverture somptueuse de Messi, au lieu de lober Casillas, l'arrière gauche de la Roja contrôle et pousse trop loin son ballon, Marcelo peut intercepter le cuir (76'). Juste avant, Song effectue sa première sous le maillot catalan, il entre à la place de Busquets. L'ancien gunner affiche directement de la disponibilité et n'hésite pas à offrir des solutions au milieu.
Le Barça domine toujours, mais le Real reste dangereux. Xabi Alonso profite des espaces pour lancer Higuain dans la profondeur, l'international argentin temporise beaucoup trop face à Valdes,  et Mascherano contre légèrement son plat du pied qui s'en va mourir sur le poteau extérieur (80').
Malgré un Real calculateur, les locaux subissent néanmoins le jeu catalan. Durant cette seconde période, beaucoup de dégagements ont été faits, histoire de soulager le bloc madrilène, et les espaces ne sont jamais bouchés comme il se doit. Cristiano Ronaldo dans la surface fixe Song et croise son tir du gauche, mais Valdes capte le ballon (89'). Une fin de match qui se débride, ça va d'un but à l'autre, Modric, qui joue aussi son premier match avec le Real est servi en retrait par Benzema et frappe, mais Song sauve sur sa ligne (91'). Dans la minute qui suit, Messi trouve Montoya dans la profondeur côté droit, ce dernier se présente seul face à Casillas mais choisi l'angle fermé et le capitaine madrilène dévie en corner. Il reste une poignée de seconde, et les barcelonais jouent le tout pour le tout, Song sert idéalement Messi dans la surface, qui arme son tir mais le ballon passe juste à côté (93').



Le match est finit, le Real Madrid remporte la supercoupe d'Espagne version 2012-2013. Un match au double visage, une sorte de Dr Culé, Mister Blaugrana, avec une entame de match complètement indigne de la supposée meilleure équipe du moment. Un état d'esprit inexplicable, où les coéquipiers de Xavi ne montrent aucune envie, comme si ils étaient en condition match amical, ou en vacance à la plage, c'est selon. La suffisance n'est plus, mais c'est l'apparition d'un désintéressement total à l'évènement qui apparait. Il ne restait plus que les transats et la crème solaire pour que les joueurs soient à l'aise. Au delà de ça, la défense alignée très haute aura été exposée à des contres madrilènes cinglant, sans oublier ces trous béants dans l'axe où la défense catalane aura souffert. La couverture fut moindre, tout un ensemble de chose qui explique cette mauvaise facette de l'équipe ce soir. Le côté pile, puis le côté face avec une mobilisation générale après l'expulsion d'Adriano, une envie de remettre le pied sur le ballon et les visiteurs offrent une seconde période de bien meilleure facture, mais malheureusement insuffisante pour remonter le score.
Si la défaite n'est pas un drame en soit, la remise en question doit s'opérer immédiatement et s'estimer heureux que cela arrive dès le début de saison pour rectifier le tir.
Ça tombe bien, Valence se présente au Camp Nou ce dimanche, l'idéal pour confirmer que le match du soir n'était qu'un accident.

 

 

 

 

 


Les joueurs


Valdes : 6

Sans lui le Barça repart avec une humiliation au tableau d'affichage. Il n'est pas exempt de tout reproche sur le second but, mais le portier catalan a effectué quelques sorties qui évitent le naufrage avant la mi temps.

 

Adriano : non noté

Expulsé à la demie heure, Adriano a offert une prestation apocalyptique. Le latéral brésilien fut positionné à droite, et a tout raté. Pour couronner le tout, il se troue sur une passe mal jugée, pour ensuite faucher Cristiano qui filait seul aux buts. Si il empêche le 3-0 en 30 minutes, il met quand même ses coéquipiers dans une situation insurmontable.

 

Piqué : 5.5

Aux fraises en début de match (le second but), à l'instar de ses coéquipiers, Piqué se reprend au fil de la rencontre, pour ensuite offrir un peu plus de sérénité. 

 

Mascherano : 6.5

Un début de match très compliqué, avec une bourde énorme qui offre l'occasion à Higuain d'ouvrir la marque. Il rentre ensuite dans la rencontre, pour être infranchissable et sauve les siens de deux situations dangereuses. De par son engagement il a montré à ses coéquipiers la voie qu'il fallait adopté.

 

Alba : 5.5

L'ancien valencien a un abattage extraordinaire sur sa bande gauche. Il court partout, tente d'apporter les solutions, et s'offre même une occasion en or. Néanmoins Jordi n'est pas encore au point défensivement, laissant quelques espaces derrière lui, l'international espagnol doit se montrer plus autoritaire sur les duels.

 

Busquets : 5

Pris dans la tourmente pendant la première mi temps, son calme légendaire face à la pression n'a jamais été en mesure de rassurer les siens. Busi a été étouffé par le pressing adverse, et c'est l'équilibre de l'équipe qui en prend un coup. Du mieux en seconde période, il cède sa place à Song (75') qui effectue ses premiers pas sous la tunique blaugrana. Un quart d'heure plutôt bon, avec de bonnes transmissions et un sauvetage sur sa ligne.

 

Xavi : 5

El Maestro a vite esseulé et la direction du jeu a complètement flanché. Sans solutions, il a souvent trop gardé le ballon sans réellement réguler le tempo, ce qui a conduit à quelques pertes de balles. En seconde période, il a su revenir dans l’entre-jeu, mais sans grands succès.

 



Iniesta : 5.5

Première période en dedans, avec une certaine nonchalance affichée, un peu comme à Osasuna dimanche. Don Andrès tente d'amener de la percussion en seconde période, mais à chaque fois l'infériorité numérique s'est faite ressentir, ce qui amène le Manchego a être quasi inoffensif.

 

Pedro : 6.5

L'un des seul battant du soir, il se sera démené comme il a pu. Le canarien aura pressé, tenter de chercher la profondeur manquante, une aide précieuse dans le repli, il confirme encore un peu plus son retour au premier plan. Exténué par les efforts, il est remplacé par Tello dans les dix dernières minutes. L'ailier espagnol a vite été mangé par l'évènement et son contexte.

 

Messi : 6.5

Invisible dans un premier temps, il sort la tête de l'eau, comme toute l'équipe, après le gros orage de la première demie heure. La Pulga se montre davantage, et remet l'équipe sur pied sur un magistral coup franc juste avant la mi temps. En seconde période, il est constamment harcelé, jusque la limite, ce qui ne l'empêche pas d'offrir des balles de buts à Alba ou Montoya. Pour le côté chiffre, il marque là son 15ème but dans un Clasico, et revient à hauteur d'un certain Raul. Di Stefano, le meilleur buteur dans l'exercice, est à 18 réalisations. 

 

Alexis : non noté

Il a encore du perdre ses articulations au niveau du genou, tomber aussi facilement relève du mystère. Une demie heure amorphe, sans grandes utilités, il est obligé de sortir suite à l'expulsion, pour laisser sa place à Montoya (5.5). Malgré la difficulté d'entrer dans une telle situation, le canterano a offert une envie dans l'offensive et aurait pu marquer le but du hold up. Défensivement, il a reçu un petit bizutage entre les crochets, sombrero ou grand pont des adversaires. Mais dans l'ensemble il a tenu la baraque du mieux qu'il pouvait.

 

 



Fiche technique

 

Real Madrid : Casillas; Arbeloa, Pepe, Sergio Ramos, Marcelo; Khedira, Xabi Alonso; Di María (Callejón, m.79), Özil (Modric, m.83), Cristiano Ronaldo; et Higuaín (Benzema, m.81)

FC Barcelona : Víctor Valdés; Dani Alves, Piqué, Mascherano, Adriano; Busquets (Song, m.75), Xavi; Iniesta, Pedro (Tello, m.81), Alexis (Montoya, m.32); et Messi

Arbitre : Mateu Lahoz

Avertissements : Pepe (min.20), Arbeloa (min.37), Khedira (min.63) et Xabi Alonso (min.74) pour le Real Madrid; Mascherano (min.14) et Piqué (min.50) pour le FC Barcelone

Expulsion : Adriano (min.28)

Buts :  1-0, m.11: Higuaín. 2-0, m.19: Cristiano Ronaldo. 2-1, m.44: Messi.

83 000 spectateurs.

 


Posté par Tele-santana
Article lu 5050 fois