Array FC Barcelone - Real Madrid : Así es el Fútbol muchachos - FC Barcelona Clan

En Une | Clasico Et Derby | samedi 6 octobre 2012 à 02:24  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

Pour la 7ème journée, l'Espagne se focalisera à Barcelone pour le Clasico.

Dimanche 7 octobre, le septième jour de la semaine. Le "jour du Seigneur" pour certains, le "jour de Clasico" pour d'autres. Les aficionados mettront leur tenue du dimanche pour aller regarder un art, une merveille : Le Clasico.
Une arène, le Camp Nou. Un ballon, vingt-deux acteurs, la Merveille du football illuminera son ciel le temps qu'un Génie, un Artiste ou un Galactique étalera son talent en déployant ses ailes.

 

Historique des confrontations

Real Madrid 1-3 FC Barcelone : La leçon

Le match aller de la saison 2011-2012 à lieu au Santiago Bernabeu. Le Real Madrid, leader incontesté de la Liga se présente face à son rival avec 6 points d'avance (et un match en moins) contre un Barça conquérant au Camp Nou mais fébrile à l'extérieur. Une victoire des merengues, et les voilà à 9 points (-1 match) d'avance sur une Pep Team qui rendrait définitivement les armes.

Vingt secondes de jeu seulement, Valdes rate sa passe, les madrilènes en profitent et Benzema ouvre le score pour ce qui est le but le plus rapide de l'histoire des clasicos.  Le Barça se relève difficilement de ce but, mais va de l'avant, malgré le gros pressing des merengues. Messi voit son plat du pied magnifiquement dévié par Casillas. Les catalans rentrent petit à petit dans le match et Guardiola préfère changer son dispositif tactique en passant à un 3-1-4-2 avec Alves passant quasiment ailier droit. Cesc revient au milieu pour épauler Xavi, et Busquets tenait une position plus basse entre récupérateur et libéro. Les visiteurs continuent leur pression, sans pour autant gêner le jeu barcelonais, mais Benzema, dans un grand soir offre la balle du break à Cristiano qui se rate. Avertissement sans frais donc, mais qui allait réveiller le Barça. À la demie heure de jeu, Messi hérite du ballon au rond central, passe trois défenseurs adverses et lance Alexis qui s'en va battre Casillas. Un partout donc et balle au centre.

 

Au retour des vestiaires les Blaugranas continuent leur regain de forme et après une longue phase de possession, Xavi tente sa chance de volée, Marcelo dévie et Casillas est pris à contrepied. 2-1 pour le Barça, le Real sombrait de plus en plus. Et Messi rate une occasion de faire le break en butant sur Casillas, Cristiano Ronaldo fait de même en ratant le cadre d'une tête puissante alors qu'il est libre de tout marquage. Cette nouvelle occasion manquée permet aux Catalans de marquer sur le contre suivant dans un superbe mouvement collectif. Fàbregas porte le score à 3-1. La messe est dite au Bernabeu, tellement les locaux ne peuvent plus rivaliser dans tous les domaines. La fin du match est un festival d'occasions manquées pour le Barça, qui ratait 3 occasions franches d'humilier encore plus l'ogre Madrilène chez lui. La rencontre se termine donc, sur une victoire nette et sans bavure des joueurs de Guardiola, qui a donné une nouvelle leçon tactique à son vis à vis Portugais. Outre le score, le fait marquant de cette soirée aura été la maestria tactique de l'entraineur Catalan. Guardiola dirigera la rencontre d'une main de maître en opérant à quatre plans différents sur 90 minutes, donnant une illisibilité totale à l'adversaire qui se sentit vite perdu face à ces chamboulements tactiques et cette sérénité catalane.

 

 

FC Barcelone 1-2 Real Madrid : Un genou à terre

Au match retour la donne n'a pas tout à fait changer, les Blaugranas sont encore dans l'obligation de gagner afin d'avoir une chance de remporter la Liga. Le Real compte 4 points d'avance avant ce match, ce Clasico retour fait office de finale de la Liga. Guardiola met alors une équipe offensive en optant pour le 3-4-3 en alignant le jeune Tello dès le début de la rencontre.

Pas de round d'observation dans ce match, les deux équipes essayant de se montrer dangereuses dès le début. Cristiano Ronaldo place une tête qui trouve Valdes sur sa trajectoire, Alves tente de répondre au Portugais en chipant un ballon dans la défense merengue mais Casillas veille. Sur un corner d'Özil, Pepe reprend de la tête mais Valdes dévie la balle qui tombe dans les pieds de Puyol, le capitaine tarde à dégager et est surpris par le tacle de Khedira qui envoie le ballon dans les filets. 1-0 pour les visiteurs sur un but largement évitable. Le Barça tente de réagir, mais les occasions sont stériles et Xavi rate un face à face avec Casillas. Le score reste le même à la pause.

 

Les Madrilènes reviennent des vestiaires avec des intentions défensives, histoire de garder cet avantage et les 7 points d'avance au classement. Tello rate d'abord une belle action en tirant largement au dessus, puis une seconde balle par précipitation. Le temps passe et les culés commencent à s'inquiéter de la tournure des évènements, Messi amorce une offensive, Iniesta la poursuit d'une talonnade astucieuse. Après un cafouillage dans la surface, Alexis Sanchez remet les deux équipes à égalité.  1-1 à vingt minutes de la fin et un but qui redonne des espoirs pour Guardiola. Mais dans la foulée, Özil profite de l'euphorie catalane pour servir idéalement Cristiano Ronaldo qui se présente seul face à Valdes, le Portugais ne se fait pas prier pour doucher les Catalans, en leur faisant signe de se calmer. Le Real mène 2-1. Usé psychologiquement, et physiquement, Les Blaugranas ne se relèveront jamais de ce but, et le Real Madrid gagne au Camp Nou.

Une passation de pouvoir ce soir là, puisque les Merengues font un grand pas vers le titre de Champion d'Espagne ce soir là. La Pep Team a un genoux à terre, avant d'être définitivement abattu le mardi suivant, contre Chelsea en demie finale de la Champion's League.


 

 

Supercoupe d'Espagne 2012-2013 : Une redistribution des cartes ? 

Nouvelle saison, Guardiola est parti, Tito Vilanova le remplace afin de perpétrer le cycle des victoires de la Pep Team.

Les deux derniers Clasicos ont donc eu lieu cet été, lors de la Supercoupe d'Espagne.

Au Camp Nou, La première demie heure est plutôt calme, le Barça tente quelques incursions dans un bloc Madrilène décidé à ne pas céder le moindre centimètre. Messi échoue par deux fois devant ce bloc compact. Pedro tente sa chance d'une belle frappe au dessus de Casillas, mais le portier de la Roja se détend et sort le cuir d'une claquette spectaculaire. Xavi s'essaye aussi à cet exercice mais le ballon passe au dessus des cages. La première période se termine sur ce rythme relativement bas, c'était du moins prévisible avec la position très basse de l'équipe du Real.

Sur la première occasion de la seconde période le Real ouvre le score, Cristiano Ronaldo profitant d'un marquage elastique de Busquets met une tête imparable. 1-0 pour le Champion d'Espagne contre le cours jeu. La Tito Team a du caractère, et Pedro répond au Portugais sur l'engagement même en recevant une passe laser de Mascherano, le natif des Canaries contrôle parfaitement la balle et trompe Casillas en croisant sa frappe. Le match prend un autre rythme et les occasions pleuvent côté blaugrana. Iniesta reçoit la balle dans les 18 mètres adverses, le Manchego réussit un crochet sur Ramos mais, ce dernier tente un tacle suicide, pénalty évident pour l'arbitre. Messi transforme la sentence avec calme, 2-1 pour le Barça. Iniesta est en forme dans cette seconde période, le numéro 8 réussit un slalom entre trois défenseurs avant de servir Xavi qui trompe Casillas d'un plat du pied bien placé, 3-1 pour les locaux et une maitrise totale de ce match. Les vieilles habitudes reviennent, et les Catalans ratent plusieurs balles de break. Casillas sortant même un tir à bout portant de Messi. Sur le contre qui suit Adriano récupère la balle après un joli effort de repli et la remet en retrait à Valdes qui se troue, Di Maria ne manque pas l'occasion de réduire le score ! Un but gag donc et un regain d'espoir pour les Madrilènes qui n'ont qu'un but à remonter au retour.

Tout était encore possible avant ce match retour donc, un Real débutant mal sa Liga qui accueille un Barça avec un maigre avantage.

 

Tous les scénarios sont donc possible, mais rares sont ceux qui ont parié sur une telle entame. le Real Madrid presse les joueurs Blaugrana, jusqu'au pieds de Valdes même, qui est déjà sollicité en remportant un face à face devant Higuain. L'entame catalane est cataclysmique, leur jeu ne rassure pas et suite à une chandelle de Pepe, Mascherano se troue au moment de dégager et laisse filer Higuain, le buteur Madrilène ne refuse pas cette politesse et s'en va battre Valdes. 1-0 après seulement dix minutes de jeu. L'équipe Barcelonaise est complètement à l'ouest, la défense évolue bizarrement haut et Özil profite de ce positionnement pour lancer Ronaldo en profondeur. Piqué n'arrive pas à juger la trajectoire du cuir et le Portugais le mystifie d'une aile de pigeon pour aller fusiller Valdes tout en prenant son temps. Deuxième but pour les locaux et les Blaugranas sont complètement étouffer. Le Real continue ses assauts face à un adversaire étourdi et Higuain se présente encore une fois face à Valdes, heureusement que le portier Blaugrana dévie le tir de l'attaquant Madrilène. Un quart d'heure avant la mi temps, les choses n'ont toujours pas changé, et Cristiano Ronaldo part encore dans le dos d'une défense positionnée sur la ligne médiane, Adriano le rattrape, le stoppe illicitement. L'arrière brésilien, en position de dernier défenseur est expulsé.

Montoya remplace alors un Sanchez transparent pour rééquilibrer la ligne défensive. Les Merengues continuent leur domination, Higuain part encore en solo mais le tacle de Mascherano évite le naufrage aux culés. L'approche du match va changer alors et le Real, fatigué par cette entame en boulet de canon cesse de presser haut. Le Barça commence à sortir la tête de l'eau, les Catalans obtiennent un coup franc plein axe à mi distance. Messi s'en charge et contourne le mur d'une superbe frappe enroulé qui termine sa course dans les buts d'un Casillas impuissant, 2-1 à la pause.

Au retour des vestiaires les hommes de Vilanova reviennent avec des intentions plus claires dans le jeu, Pedro pèse tant bien que mal sur la défense des blancos et se heurte à Casillas suite à une belle ouverture de Mascherano. Mais le Real est toujours dangeureux sur les contres, Khedira réussit un rush pour se présenter face à Valdes mais le gardien remporte le duel. Les hommes de Mourinho craignent de plus en plus l'égalisation et ce but serait surement venu si Alba avait choisi l'option du lob face à un Casillas loin de sa ligne. Le ballon passe d'un camp à l'autre, et Higuain rate la balle de match en frappant sur le poteau gauche de Valdes. Modric -entré en jeu- s'essaye à son tour mais Song -lui aussi rentré quelques minutes plus tôt- sauve sur sa ligne. La dernière lueur d'espoir vient d'une superbe ouverture de la Pulga vers Montoya, mais l'arrière droit temporise un peu et frappe sur Casillas dans un angle fermé. Messi tentera un ultime enroulé mais le ballon passe à quelques centimètres des buts.

Le sifflet de l'arbitre annonce la fin de la rencontre et le sacre du Real, une rencontre en deux parties pour le Barça, qui ont entamé la rencontre sans aucune envie de gagner, pour ensuite tenter de réparer les choses, mais en infériorité numérique et face à un adversaire concentré ce n'était pas évident.

Le Real Madrid remporte le premier titre de la saison, mais depuis, rien ne se passe comme prévu pour les Merengues.   

 

 

 

Forme des deux équipes

Le FC Barcelone a très bien débuté son championnat, puisque ils sont à six victoires sur autant de matchs. Ils débutent contre le Real Sociedad par une large victoire et une grosse domination sur le score de 5-1.  La deuxième journée est beaucoup plus compliquée pour les hommes de Tito Vilanova. Osasuna mène au score jusqu’à la 75ème, avant que Messi ne marque un doublé et ramène les 3 points.

Ensuite les Blaugranas ont reçu Valence, un match compliqué qu'ils ont remporté par la plus courte des victoires, 1-0. Un Barça qui donnait l'impression d'être fatigué et sans créativité.
Pour le compte de la quatrième journée, le FC Barcelone voyage dans la banlieue de Madrid pour affronter Getafe, les Catalans dominateur dans tous les compartiments du jeu, s'imposent facilement 4-1.
Par la suite Granada vient visiter le Camp Nou. Les Culés sont restés muet jusqu’à à la 87ème minutes où Xavi ouvre le score. Deux minutes plus tard Gomez double le score dans son propre camp grâce à un gros travail de Messi. Le FC Barcelone s'en sort bien, car la défense et le portier andalou ont fait un énorme match. 


Lors de la 6ème de journée, le FC Barcelone voyage à Séville pour affronter les redoutables rojiblancos menés par Michel. Les Barcelonais  jouent bien, mais la défense du FC Séville tient bon et lance de redoutable contres. Cela finit par payer pour les Sévillas, qui ouvrent le score par l'intermédiaire de Trochowski. Ils doublent même la mise à la 48 ème par Negredo. Cinq minutes plus tard, Fàbregas réduit le score pour le FC Barcelone. La machine Catalane est en marche et se met à l'assaut de la forteresse du FC Séville.  En toute fin de match Cesc et Villa donnent la victoire au FC Barcelone. Une deuxième victoires arrachée en fin de match, les hommes Tito ont prouvé qu'ils avaient de la ressource mentale pour renverser les situations les plus improbables.

Entre temps, les champions du Monde ont bien débutés la Ligue des Champions. Les coéquipiers de Xavi se placent leader après deux journées, avec six points.

 

Le Real Madrid quant à eux ont eu plus de mal à se lancer réellement, et à bien entamer leur saison. Preuve en est, ils ont accumulés 8 points de retard par rapport sur le rival barcelonais et pointent à la 6ème place au classement.

Pour le compte de la première journée de championnat, les protégés de Mourinho recevaient Valencia. Un match compliqué en perspective, dans laquelle les champions d'Espagne sont à la peine, tant dans le jeu au milieu, qu'à le finition et en défense. On y voit un Real qui domine, mais un Real qui ne marque pas face à une équipe de Valence bien regroupée en défense et qui a su saisir sa chance. Score final 1-1, le Real est à deux points du Barça, et commence mal sa campagne pour garder le titre.
Vient ensuite la deuxième journée contre la modeste équipe de Getafe. Pour ce derby, tout le monde attend une réaction du grand Real. Il n'en est rien. Les joueurs de Mourinho ouvrent le score, mais se font rejoindre et même dépasser par Getafe. Score finale, 2 à 1 pour le voisin de la banlieue madrilène, et des enseignements : le Real n'est pas eux mieux de sa forme, a du mal a placer ses attaques face aux défenses regroupées. Le Champion d'Espagne a maintenant 5 points de retard sur le Barça, l'inquiétude règne dans la capitale.

 


Pour le compte de la 3ème journée, c'est contre Granada que les Merengues devront tenter de se remonter le moral. Une large victoire 3 à 0 à la clé, mais pourtant, Madrid n'est pas rassuré pour autant. On y voit, encore, un Madrid hésitant dans son jeu. Mais l'essentiel est assuré, et le Real a ses 3 points en poche.
Arrive maintenant la quatrième journée, et le déplacement à Séville. L'équipe de la capitale est défaite 1 à 0, dans un match où le Real aura été maitrisé tactiquement, techniquement, et défensivement. Le Real est à 8 points du Barça et est autant triste que sa star portugaise. À titre de comparaison, Madrid a perdu 12 points en 38 journée l'année dernière, et en perd déjà 8 au bout de quatre journées.

Cinquième journée, le Real a fait le plein de confiance suite à sa victoire difficile face aux champions d'Angleterre en Champion's League, et s'en va maintenant défier le Rayo Vallecano. Le Real qui ne convainc pas forcément, face à un Rayo qui domine en première période, mais le Real s'imposera tout de même 2 à 0 dans un match qui aurait pu être piège.
Enfin, lors de la sixième journée , c'est à un Real Madrid en mode "rouleau compresseur" auxquels se frottent les promus du Deportivo La Corogne. Un match totalement maitrisé, et un Real qui enquille les buts après en avoir concédé un premier. Score final, 5 à 1 et un champion qui retrouve ses certitudes.
Suite à ce match, en Champion's League, le Real se déplace à Amsterdam pour y affronter l'Ajax. Le champion de l'Eredivise se fait humilié à domicile et les Merengues empochent une nouvelle victoire large et sans contestation par le score de 4-1.
C'est donc face à un Real qui monte en puissance, que joueront les Catalans dimanche.

 

 

Convoqués

FC Barcelone : Les Barcelonais sont la cible de plusieurs blessures depuis le début de la saison. Pour ce Clasico, Adriano et Iniesta sont de retour dans le groupe. Iniesta a pu  joué une vingtaine de minutes contre le SL Benfica.

Du coté des blessés, il y a toujours ceux de longue durée, Abidal et Muniesa. Cuenca, blessé depuis la fin de saison dernière devrait faire son retour bientôt mais il ne sera pas apte pour ce match. Thiago s'est blessé de nouveau la semaine passée, au ligament collatéral interne du genou droit. Concernant la défense centrale, Carles Puyol, était de retour contre Benfica, mais s'est luxé le coude après un corner. Le légendaire capitaine catalan est indisponible deux mois.
La seule incertitude se nomme Gérard Piqué. Blessé, l'ancien mancunien ferait tout pour revenir à temps ce dimanche afin de jouer sous infiltration.

 

Durant l'entrainement, les catalans ont pu rencontrés Rivaldo, venu visité son ancien club.

Real Madrid : Les Merengues sont moins touchés que les Barcelonais en ce qui concerne les blessures. En effet, tous les Madrilènes sont aptes pour cette rencontre. Mourinho aura donc tout le loisir de créer sa composition et d'avoir quelques doublures en cas de problèmes. Kaka est même ressorti du placard ce mercredi contre l'Ajax Amsterdam, une manière de brouiller les pistes pour le Clasico.

 

L’œil du Clan

Avancé de plusieurs semaines cette saison pour éviter l'imbroglio de l'an dernier où les deux rivaux avaient du s'affronter en plein coeur de leurs rencontres décisives de Ligue des Champions, le Clasico aller a donc lieu au bout de la 7ème journée de Liga.

Pourtant c'est avec déjà 8 points d'avance sur le Real Madrid que le Barca se présentera au coup d'envoi dimanche dans son antre du Camp Nou. Si le résultat de la rencontre ne sera en aucun cas décisif, il revêt tout de même d'une importance capital pour la suite de la saison, que ce soit sur le plan comptable ou mental. En cas de victoire, les Barcelonais s'échapperaient à 11 points et frapperaient un grand coup. Dans le cas contraire Madrid se rapprocherait à 5 points et s'en trouverait revigoré.
Battus dans leur antre pour la première fois depuis 4 ans la saison dernière, puis lors de la confrontation en Supercopa, le Barca veut reprendre la main et assommer un adversaire déjà distancé. Car malgré son avance, la culture du Barca est de gagner tous ses matchs, un Barca qui on les sait d'autant plus est incapable de gérer et qui va jouer, encore et toujours, car c'est sa raison d'être.

 


Pour ce qui est du onze titulaire, Tito Vilanova est handicapé par les blessures de Piqué et Puyol. Il a néanmoins eut l'occasion d'aligner la charnière Song-Mascherano durant un peu plus de 2 rencontres. Sauf titularisation de dernière minute surprenante du numéro 3 espagnol, ce nouveau duo devra donc tenir le choc lors de ce match au sommet. Car pour l'emporter, les Catalans devront éviter de se mettre en difficulté tout seul, comme ils ont pu le faire lors de la Supercopa, en offrant 3 buts aux Madrilènes sur des erreurs individuelles. Ils devront donc gagner leurs duels sur les contres et se montrer rassurant sur les appels dans leur dos, ou encore sur les longs ballons aériens de mise sous pression.
Daniel Alves qui était absent lors du dernier Clasico devra apporter un maximum de sérénité à cette défense en s'occupant comme il en a l'habitude de son couloir et C.Ronaldo. À gauche c'est Adriano qui à priori tient la corde pour ce match au dépend d'Alba, si l'on en juge par la rotation qui s'est installée entre les deux joueurs. Adriano qui aura surement fort envie de se rattraper de son dernier Clasico catastrophique en tant que latéral droit où il avait été expulsé.
C'est comme toujours au milieu que se situera la clef. Avec le retour de blessure d'Andrès Iniesta, Tito Vilanova va pouvoir aligner le trio magique Busquet-Xavi-Iniesta. Un trio qui, comme toute l'équipe, a été sérieusement mis à mal lors des 35 premières minutes de la Supercopa au Bernabeu. Si le pressing des madrilènes sera moins imposant au Camp Nou, les trois catalans devront montrer qu'ils ont retenu la leçon et attaquer la rencontre avec le plus d'intensité possible afin de marquer leur territoire. Un peu comme le match aller de la Supercoupe, où les trois espagnols avaient exceller dans l'utilisation du ballon et la rotation des trois au milieu. En perpétuels mouvements, Xavi, Busquets et Iniesta n'ont pas arrêter de permutés, offrant un milieu beaucoup plus mobile et déstabilisant lors des phases de possession.

L'objectif sera d'abord de contenir ce pressing habituel des hommes de José Mourinho, avant ensuite de pouvoir s'installer progressivement dans la moitié de terrain du Real Madrid comme les catalans savent si bien le faire. Le Barca aura le contrôle de la possession (que Mourinho aligne son "trivote" ou non) mais le Real Madrid nous l'a suffisamment montré, il n'a pas besoin d'avoir beaucoup le ballon ou de dix occasions de buts pour marquer. Le danger viendra comme d'habitude principalement des projections rapides vers l'avant des milieux merengues et des phases arrêtées.

Si d'aventure Barcelone se retrouve mené à l'heure de jeu, on peu s'attendre à la mise en place progressive avec les changements d'un 3-2-1-4 afin de forcer le verrou défensif adverse comme lors des matchs contre Séville, Grenade ou Moscou.

 


En attaque, Tito Vilanova dispose de 4 joueurs pour 1 seule place. Qui de Sanchez, Fàbregas, Villa ou Tello sera aligné ? Alexis Sanchez auteur d'une belle prestation contre Benfica tiendrait la corde pour faire le penchant de Pedro à gauche. Mais on sait que Tito apprécie beaucoup l'apport de Fàbregas entre les lignes, qui vient de retrouver toute son efficacité offensive lors des deux dernières rencontres. La titularisation de Villa qui signerait le retour du MVP serait une petite surprise étant donné le peu de temps de jeu du Guaje depuis son retour de blessure, tandis que Tello a plus le profil du jeune joker de fin de match. Pedro, qui a laissé ses problèmes physiques derrière lui apportera toute son énergie et tentera d'étirer au maximum la défense madrilène.

Enfin on attend évidemment beaucoup de Messi. Le triple ballon d'or qui est aussi le bourreau du Real Madrid avec 15 buts en 21 Clasicos (Di Stefano détient le record avec 18 buts) et de multiples prestations d'anthologie, devra se montrer sous son plus beau jour afin de porter de nouveau le Barca sur la route des sommets.

L'équipe probable : Valdes - Alves, Song, Mascherano, Adriano - Busquets, Xavi, Iniesta - Pedro, Messi, Alexis.

 

 

Les hommes de José Mourinho viendront dans l'antre du Camp Nou avec l'obligation d'obtenir un résultat. Huit points c'est problématique, onze ce serait une catastrophe, même nous sommes qu'à la septième journée.
Le problème chez les Merengues a été décrit par le technicien portugais himself, la motivation et l'intensité ne sont pas les mêmes en championnat qu'en Champion's League. Si en Coupe d'Europe, les coéquipiers de Casillas font forte impression à tous les niveaux, le visage affiché en Liga est affligeant. Au point de créer des tensions au sein du vestiaire, où l'ancien entraineur de l'Inter a dût sévir à plusieurs reprises pour "punir" quelques joueurs.

Mais un Clasico est un match différent. Le contexte particulier fait de ce match un duel niveau Ligue des Champions. Nul doute que les joueurs de la capitale afficheront les intentions nécessaire pour faire honneur à leur maillot.
José Mourinho aborde toujours le Clasico de deux manières différentes : celui à domicile et celui à Barcelone. 

Au Camp Nou, les Merengues ne partent pas dans un pressing explosif, et préfèrent attendre les contres pour lancer à toute allure le bloc offensif madrilène qui excelle dans ce domaine. Donc, un bloc très compact et bas, mais une projection rapide vers l'avant et mettre directement à mal la ligne défensive catalane qui se situe toujours au rond central minimum.

Les Champions d'Espagne montent en puissance après quatre victoires consécutives et commencent à retrouver confiance dans leur jeu et leur potentiel. Casillas, la caution madridista tâchera de tenir la dragée haute et d'illuminer le Clasico par ses parades, comme toujours. Pour la défense, il n'est pas impossible de voir l'entraineur portugais opter pour une ligne qui allie rigueur et efficacité défensive. Arbeloa aura pour mission de rester à la même hauteur que les centraux et comptera sur l'apport de l'ailier et des récupérateurs pour défendre. Même chose à gauche où Fabio Coentrão est pressenti pour prendre la place de Marcelo. Le choix est défensif, puisque l'international portugais est beaucoup plus discipliné que son concurrent brésilien, il ne se lancera pas dans des montées impossible. L'axe central sera comme toujours, confié à Sergio Ramos et Pepe.

 


Au milieu, la tendance voudrait que le Real entre sur la pelouse catalane avec le fameux trivote (milieu à trois récupérateurs). Mais le contexte qui entoure le match amènera surement José Mourinho à utiliser un milieu plus traditionnel. D'autant que sur les derniers matchs du Real Madrid au Camp Nou, ce fut toujours le cas. Alors, entre un Özil qui ne convainc pas son entraineur, Modric laissé au repos et un Kaka sorti de la cave, le doute persistera jusqu'au bout. Avantage au croate si l'on suit le turn over entrepris par Mourinho. Le double pivot sera chargé de former la première ligne défensive, d'aider les latéraux, de surveiller Messi et de lancer les attaquants merengues. Xabi Alonso sera surement accompagné de Sami Khedira.

Devant, Karim Benzema a retrouvé ses jambes et a parfaitement lancé sa saison. Auteur d'un match complet à Amsterdam, et, plus à l'aise dans les grands matchs que Gonzalo Higuain, l'international français a toutes les chances de débuter le Clasico. Avec l'ancien lyonnais, Cristiano Ronaldo et Angel Di Maria seront charger d'occuper les extrémités.

Les madrilènes exploiteront les contres au maximum, et n'hésiteront pas bien sur à utiliser le vice. Si les Blaugranas dominent, le duel physique sera poussé au delà de ses limites. En cas de défaite, les Merengues n'hésiteront pas à tenter de faire sortir les Barcelonais de la rencontre, quitte à créer de nouvelles tensions. Dans le cas contraire, il est bien sur pas impossible de voir les coéquipiers de Pepe temporiser à chaque faute, quitte à appeler les soigneurs comme ce fut le cas en avril.

Pour ce qui est du jeu, même si les Madrilènes affichent des lacunes sur les coups de pieds arrêtés, ils possèdent tout de même quelques forces dans le domaine aérien pour tenter de marquer. Le bloc est soudé, mais connait quelques problèmes dans l'axe, une zone que les Catalans apprécient particulièrement. L'une des clés des offensives barcelonaises se situera dans le cœur de l'équipe madrilène, là où Sergio Ramos, Pepe, Khedira et Xabi Alonso tenteront d'anéantir toutes initiatives, il y a un clairement un coup à jouer dans la zone axiale.

 

 
Les Blaugranas devront garder un œil sur les centres, où les offensifs madrilènes aiment venir de derrière pour mettre à mal la défense catalane. Le pressing sera aussi un atout primordial pour éviter aux champions d'Espagne d'élaborer des phases de jeu.

L'équipe probable : Casillas - Arbeloa, S.Ramos, Pepe, Coentrão - Xabi Alonso, Khedira, Modric - Di Maria, Benzema, Cristiano Ronaldo.

 

 

Ce Clasico fait office de match de l'année. Les spectateurs du monde entier ont déjà eu un avant goût assez intéressant cet été, le jeu atteindra encore un niveau que peu de derbys peuvent offrir à l'heure actuelle.
Qui gagnera ? Vilanova pour sa première ? Ou l'orgueil du champion sortant pour remettre les choses au claires ?

Une chose est sûre, le football sera représenté le temps d'une soirée. Ces artistes de la pelote auront 90 minutes pour faire vibrer le cœur merengue ou culé.

 

 

Article rédigé par : 

Mohbarca, Varro, Ouss, Bbarça, Vince Blaugrana et Tele-Santana.


Posté par Tele-Santana
Article lu 25058 fois