Array Un joueur à la loupe : Sergio Busquets face au Milan AC - FC Barcelona Clan

En Une | Sergio Busquets | dimanche 27 novembre 2011 à 14:01  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

5ème journée, Milan accueille Barcelone. Pour les retrouvailles avec le club d'Ibrahimovic, Busquets est passé à la loupe...

Sergio Busquets est moins en vue dans le jeu cette saison, Xavi, Fàbregas, Iniesta, Thiago et Messi notamment aimantent tous les ballons et jouent souvent entre eux, très haut sur le terrain. Il a été plus souvent sur le banc ou en tribune dernièrement (malgré tout il culmine à l'heure actuelle à 1152 minutes contre 1089 à la même période l'an passé), mais cela ne l'inquiète pas le moins du monde : « Si on jette un oeil sur les matchs à venir, il est préférable de se reposer maintenant, surtout que nous n'avons pas un large effectif ». Même s'il est parfois moins tranchant dans ses interventions ou plus souvent en retard devant sa surface qu'en début de saison dernière, Busi reste l'huile qui fluidifie le jeu du Barça. Ce n'est donc pas tout de suite que Keita lui piquera sa place, toutefois les prestations d'excellente facture de Mascherano depuis le début de saison soulèvent la question... Busquets restera-t-il indiscutable encore longtemps ?

Pour ce match contre le Milan AC, Guardiola doit faire sans arrière droit tonique (Puyol peut officier à ce poste mais n'a pas la même activité que les deux Brésiliens absents), il choisit donc le même schéma que lors du match d'ouverture en Liga contre Villarreal : un 3-4-3. Busquets est en théorie devant la défense et l'on imagine avant le match que son travail de l'ombre, son intelligence défensive et sa lecture du jeu seront essentiels pour gagner cette bataille parce que comme il l'a dit : « Une victoire contre Milan renforcerait notre moral et notre prestige ».

Sergio Busquets en chiffres cette saison :

  • Liga : 10 apparitions (9 titularisations, 2 sortie, 3 jaunes). 775 minutes jouées pour 0 but et 0 assist.
  • Coupe : 1 apparition (1 entrée en jeu). 30 minutes jouées pour 0 but et 0 assist.
  • Ligue des Champions : 4 apparitions (4 titularisations, 1 sortie). 347 minutes jouées pour 0 but et 0 assist. 

Analyse et commentaires

Busquets commence cette première période à son poste habituel, devant la défense. Cette fois, l'Espagnol ne couvre que 3 défenseurs mais a à ses côtés 3 autres milieux que sont Thiago, Xavi et Keita pour l'aider dans son travail de pressing et de récupération. À l'entame du match, les Milanais dominent le Barça, ils pressent, harcèlent, récupèrent, créent du danger et surtout, occupent la moitié de terrain barcelonaise. Busquets restent donc très près de sa défense et n'hésite pas à s'y incorporer, laissant sa place de pivot à Keita, quand le danger devient trop grand. 

Rapidement, le Barça remet le pied sur le ballon et arrive à se sortir de l'étrain rossonero grâce notamment aux relances organisées par Busquets. Il libère des espaces pour Xavi &co mais n'intervient en aucun cas lors des offensives de ses coéquipiers, qui eux se ruent à l'attaque une fois le ballon à disposition et ne réalisent peu de passes vers l'arrière. Busquets se contente donc de surveiller d'éventuelles contre-attaques milanaises. D'ailleurs, lors d'une d'entre elles, il intervient quand Abidal perd son un contre un face à Aquilani, il récupère le ballon puis obtient le coup franc ce qui soulage grandement le reste de l'équipe.

Vient alors le but d'Ibrahimovic. Au premier coup d'oeil, Puyol est responsable car en retard sur Seedorf, effectivement le capitaine manque de vivacité sur le coup mais il n'est pas le seul... Busquets coulisse trop lentement pour arriver au marquage de l'attaquant suédois et laisse donc Mascherano avec deux joueurs à surveiller (Robinho et Ibrahimovic donc). Se rendant compte que son partenaire n'y va pas ou suite à une instruction, Mascherano va au contact de l'ancien blaugrana ; seulement il est trop tard car le ballon lui arrive dans les pieds. Busquets a manqué de jugement et le Milan AC a pu revenir au score.

Globalement, lors de cette première période, Sergio Busquets a surtout été cantonné à un travail invisible de couverture lors des attaques culés, de pressing lors des récupérations rossoneri et de replacement dans les trous laissés par ce 3-4-3.

En seconde période, le tempo du match a baissé d'un cran, le ballon est moins dans le camp milanais et ceux-ci allongent plus souvent le jeu sur Ibrahimovic. Cependant, le Barça ne profite pas de cette retombée d'intensité pour sceller le sort du match. Busquets, lui, se contente du minimum, mais couvre de plus en plus l'axe d'une défense qui passe au fil des minutes en 4-3-3... La raison ? Sans doute l'entrée en jeu de Pato qui a causé tant de maux à cette défense lors du match au Camp Nou.

Sa seconde partie de match est somme toute tranquille, les attaquants milanais ne se créent pas énormément d'occasions, toutefois on peut noter que Busquets n'a gagné aucun duel aérien que ce soit avec Ibrahimovic, Boateng ou Pato. C'est d'ailleurs suite à un duel aérien perdu que Kevin-Prince Boateng s'en allait marquer le but égalisateur pour le Milan AC.
Encore moins en vue une fois passé en défense, il sera cependant l'auteur en toute fin de match, d'un sauvetage magnifique grâce à un excellent réflexe défensif.

La loupe dans la loupe : le jeu de Busi

Quand on pense "milieu défensif", on imagine souvent un joueur véloce, puissant, et hargneux selon s'il est grand ou non. On ne pense pas à un joueur élancé et plutôt lent. Pourtant le meilleur joueur du poste depuis plus d'un an est un joueur au profil peu en vue depuis 20 ans, il ne s'agit pas ici d'un créateur qui évolue devant la défense comme peut l'être Pirlo mais bien d'un milieu défensif. Sergio Busquets n'a pas un jeu semblable à ceux de Deschamps, Gattuso, Davids ou Yaya Touré mais est le seul joueur qui peut faire évoluer ce Barça à ce niveau de tranquillité. Busquets parle, rassure, commande, coordonne... tout ça à seulement 22 ans. Le fils spirituel de Pep Guardiola est, grâce à son jeu unique fait de feintes, de passes en une touche et de récupérations intelligentes, devenu une pièce maîtresse de cette équipe.

"Sauté" comme le reste de ses partenaires au milieu de terrain par les milanais en début de match, les rossoneri craignaient sans doute le pressing et la supériorité numérique du Barça dans ce secteur de jeu, Busquets a dû attendre 4 minutes et 37 secondes avant de jouer son deuxième ballon de la soirée dans un schéma qu'il affectionne tant : face à son but et avec une pression adverse. Sur le coup, il joue à une touche de balle et permet donc au Barça d'être aussitôt relancé. Dans la continuité de l'action, Busi se démarque de Boateng et offre ainsi à Abidal deux solutions de passe (ci-contre, Busquets est le joueur entouré à gauche). Pep dit que « quand nous jouons avec une défense à 3, la position de Busi n'a rien de facile » car il a érnomément de travail mais le jeu de Sergio est idéal pour ce système. Son aisance à libérer des espaces pour ses partenaires, même sans ballon est hors du commun, sur quelques pas il attire un voir deux joueurs et libère automatiquement ses coéquipiers. Sur l'action on remarque également, son jeu en une touche de balle, qui est sans doute le meilleur en Europe. Busi a la faculté d'éliminer toute une attaque en seulement une touche, soit par une passe très intelligente, soit par un râteau suivi d'une passe - soit 3 touches, ce qui est rare pour le joueur. À titre d'exemple, le numéro 16 du Barça a réalisé 23 passes sans contrôle sur ce match.

Par ailleurs, son sang-froid extrême - sans doute venu de ses jeunes années, pendant lesquelles il a joué comme avant-centre - face à la pression adverse en fait un joueur très souvent cherché pour sortir le ballon d'une zone dominée par l'équipe adverse. Il a souvent éliminé Boateng et Robinho grâce à des une-deux avec l'aide de Xavi, Thiago ou Cesc au cours desquels il officie en tant que mur, qui renvoie la balle aussitôt qu'elle lui arrive dans les pieds. Ceci est très dur pour les adversaires, qui se retrouvent éliminés alors que l'action se déroule pourtant à moins d'un mètre d'eux. Busquets est décourageant, il est le meilleur élément pour faire renoncer au pressing les joueurs adverses. Le fait s'est d'ailleurs déroulé contre Milan, les hommes d'Allegri, très actifs et envieux de récupérer le ballon très haut, ont au fil du match abandonné ce pressing. Pourquoi ? La fatigue est un élément de réponse, mais l'apparition de Busquets dans le jeu catalan en est une autre, tout aussi véridique. On peut aussi noter son intelligence pour obtenir des coups de pied arrêtés qui permettent à toute l'équipe de respirer. En début de match, peu de joueurs milanais osaient aller chercher le ballon dans les pieds de Busquets par peur de concéder un coup franc. Certains le considèrent comme un simulateur, mais Busquets est plutôt un joueur qui pousse à l'extrême l'expression de la douleur qu'il ressent. Les fautes sont bien réelles mais exagérées par un tacticien empli de vice.

L'homme invisible a une nouvelle fois frappé, loin des strass et des paillettes, il a régulé et organisé depuis la récupération le jeu de son équipe. Le jeu s'est le plus souvent déroulé dans les 40 derniers mètres du Milan AC où Busquets n'est apparu que rarement mais son influence sur l'équipe fut bien réelle. 

Le jeu de Busquets contre le Milan AC : dailymotion ou megaupload

Statistiques

  • Général  
    • Ballons reçus : 33
    • Ballons récupérés : 10
    • Ballons perdus : 2 
    • Duels gagnés : 1
    • Duels perdus : 0
    • Corners provoqués : 0
    • Corners concédés : 1
    • Temps de jeu : 90 min
  • Passes 
    • Passes tentées : 47
    • Passes réussies : 44
    • Passes dangereuses : 0
    • Passes décisives : 0
  • Tirs 
    • Tirs : 0
    • Tirs cadrés : 0
    • Tirs sur les montants : 0
    • Buts : 0
  • Fautes 
    • Fautes reçues : 1
    • Fautes commises : 0
    • Hors-jeu : 0
    • Cartons jaunes reçus : 0
    • Cartons jaunes provoqués : 0

Note du joueur

  • barcamundial.................... 5 / 10 « Le Busquets de novembre dernier magnifiait ce Barça... mais il est loin le temps des gens heureux. »
  • Ronaldo97......................... 6.5 / 10 « Match discret de Sergio, mais toujours sobre et efficace. »
  • Bbarça............................... 7 / 10 « On ne l'a pas vu du match, mais son travail a été très précieux, que ce soit dans le repli défensif comme dans le pressing. »
  • jAX..................................... 7 / 10 « Il a été à la fois partout et invisible. »
  • Moyenne........................... 6.4 / 10

Le thermomètre du forum

« Solide prestation de Sergio dans un poste de pivot défensif tant décisif pour ce 3-4-3. Sans être particulièrement en vue, son jeu sobre et court a été précieux pour se sortir du pressing milanais en première période. Bien plus discret qu'un Keita dans la récupération, il a toutefois conservé un bon placement pour couvrir sa zone. Étonnamment rassurant une fois redescendu en défense centrale. 7/10 »
- V-B

« Dans un schéma tactique très risqué, l'intelligence et la lecture du jeu de Busquets devaient être très importantes et il n'a pas déçu puisqu'il nous a sauvé à plusieurs reprises. Il a libéré énormément d'espace pour les autres joueurs et a fluidifié et accéléré notre jeu à chaque fois qu'il s'est avancé au milieu. C'est l'un des joueurs les plus importants de l'équipe, c'est peut-être une bêtise mais pour moi, il est le joueur le plus intelligent du monde. 7/10 »
- Anderson8

Crédits article : Ronaldo97 (introduction), Bbarça (première période), barcamundial (seconde période), jAX (statistiques et loupe dans la loupe).


Source: FCBClan

Posté par jAX
Article lu 4231 fois