Array Un joueur à la loupe : Messi face à Donetsk - FC Barcelona Clan

En Une | Messi | vendredi 8 avril 2011 à 13:43  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

Le « joueur à la loupe » se met sur son 31 pour cette quatrième édition : le Barça et Lionel Messi accueillent le surprenant Shakhtar Donetsk en quart de finale aller de Ligue des Champions...

Lionel Messi revient en quelque sorte de blessure : légèrement touché avec la sélection argentine la semaine dernière, il n'a pas débuté le match de Liga samedi passé face à Villarreal. Entré en deuxième mi-temps parce que le Barça ne parvenait pas à marquer, on a pu sentir que le jeune Argentin n'était pas au mieux de sa forme et qu'il n'aurait certainement pas disputé la rencontre si le scénario sur le terrain avait été plus favorable. Qu'à cela ne tienne... le voilà titulaire pour ce quart de finale aller face au Shakhtar Donetsk.

Même s'il influe toujours sur le jeu, Messi n'a plus marqué depuis quatre matchs, et d'aucuns commencent à s'en inquiéter. Le principal intéressé, lui, n'en a cure : « Cela ne m'empêche pas de dormir. Si je marque tant mieux. Sinon, ça n'est pas grave. Je ne me fais pas de souci, mais ça serait génial si je pouvais battre le record de Ronaldo [le Brésilien]. » Va-t-il retrouver le chemin des filets cette fois-ci ? Les Ukrainiens ont-ils élaboré un « plan anti-Messi » ?

 

Analyse et commentaires

En première période, Messi entame la rencontre à plein régime, comme pour faire écho à ses propres paroles en conférence de presse : « Il faudra marquer vite ». L'Argentin revient demander les ballons au milieu de terrain, ce qui chamboule quelque peu les papiers du Shakhtar : dès la troisième minute, il se retrouve libre de tout marquage et adresse une passe à Iniesta qui profite d'un cafouillage pour percer la défense et inscrit un but. Le Barça encaisse ensuite un but et s'ensuit une période de vaches maigres, jusqu'à ce que Messi reprenne le jeu à son compte : il décroche à droite, à gauche, au centre, multiplie les passes et fait renaître Alves et Villa qui n'existent pas sans lui.

Messi a en effet beaucoup délaissé l'avant pour venir dans le rond central, ce qui a permis à Keita de prendre l'espace à une ou deux reprises. Il semble que le Malien n'ait pas compris qu'il devait le faire plus souvent, en attestent les consignes énergiques que Guardiola lui donne sur un temps mort (NDLR : simple hypothèse). Ainsi, Messi est surtout parti de l'arrière pour lancer ses attaques, il n'a reçu aucun ballon dans la surface (voir graphique ci-contre, qui montre où Messi a reçu ses passes). Par exemple, peu après la sortie en catastrophe de Valdes sur une mauvaise remise de son arrière-droit, Messi anticipe très bien, récupère dans le rond et se lance dans un raid solitaire ; il passe trois joueurs dans son style si caractéristique (sur-multiplication des touches de balle, crochets, rapidité), mais arrive un peu en bout de course devant le petit rectangle et son angle de tir (aussi bien que son angle de passe, car Iniesta et Villa proposaient), est bouché par le retour défensif. Quelques minutes plus tard, une action similaire : Messi reçoit la balle dans le rond central puis place une accélération fulgurante, arrêtée irrégulièrement par une faute. Il se charge d'ailleurs lui-même du coup franc (~30 m), pas mal tiré du tout.

Après un tiki-taka entre Messi et Alves, le second centre pour le premier : Messi est toutefois trop court pour expédier le ballon dans les cages. On se demande pourquoi Alves n'a pas tiré au lieu de centrer, parce que la passe de Messi avait tout d'un assist. L'Argentin perd aussi un face à face qui semblait dans la poche, puisqu'il était sur son pied gauche, mais il a pêché par excès de confiance et sa tentative de lob, un peu présomptueuse, se heurte à un inflexible Pyatov. Messi s'était toutefois procuré cette occasion tout seul : à l'origine une perte de balle de sa part, puis un pressing immédiat pour la récupérer et laisser le défenseur sur place.

En seconde mi-temps, Leo fait du Messi : il s'accapare la balle, dribble, feinte, fait des petits ponts, temporise... il se révèle décisif au sens de la conservation de balle. Il semble en effet impossible de la lui retirer, si ce n'est à l'aide de procédés peu glorieux (fautes d'anti-jeu). À l'heure de jeu, il place un coup de rein et enchaîne d'une frappe puissante des 20-25 m, repoussée par le gardien en corner.  Deux minutes plus tard, il décale Busquets dans le petit rectangle, pour ce qui est presque un assist. Busquets préfère centrer en une touche de balle... et l'arbitre le siffle de toute façon hors-jeu (injustement).

Messi a parfois dû lâcher la balle à contre-coeur, mais toujours au bon endroit et au bon moment. Pour preuve ? Le but de Seydou Keita, qui libre de tout marquage pouvait réajuster ses chaussettes avant de régler le gardien d'une frappe limpide. Où était la défense, justement ? Complètement obnubilée par Messi, qui lâche son ballon au moment où quatre défenseurs foncent sur lui. L'Argentin a encore une fois permis à ses coéquipiers de s'exprimer, que ce soit via l'assist ou le monopole du stress de l'adversaire. Il a même inscrit un but... refusé pour hors-jeu (il était bien hors-jeu au départ de l'action). 

En fin de compte, La Pulga a livré un match plein. Beaucoup d'impact sur le jeu, et il ne lui aura manqué qu'un but. On l'a vu dans une position de meneur de jeu, qu'il affectionne et qui lui réussit. Le graphe ci-contre montre la position moyenne de Messi sur le terrain pendant tout le match : clairement, il a surtout évolué comme vrai « numéro 10 ». Il était partout, très altruiste, et a multiplié les combinaisons avec ses équipiers.

En possession de balle, ou lorsqu'il était trop loin pour presser, on a pu voir Messi très intelligent dans ses déplacements pour se démarquer : il faisait son petit footing, avec ses minuscules enjambées, pour se faire oublier ; finalement, l'adversaire a très peu anticipé sur les passes qui lui étaient destinées (74 passes reçues, c'est beaucoup). À ce titre, on peut dire qu'il n'y a pas eu de « plan anti-Messi », tellement celui-ci a réussi à s'exprimer (de plus, il n'a subi que trois fautes sur tout le match). On regrettera toutefois le manque de mobilité de ses coéquipiers, qui l'ont laissé plusieurs fois dans une situation difficile sans proposer d'appels vraiment bien pensés, ce qui aurait pu mener à un score final plus lourd.

 

Graphiques

Analysons plus en détail son jeu de passes sur tout le match. Messi a délivré en tout 67 passes pour 56 réussies. La majorité de ces passes ont été données en retrait (graphique gauche) : 26 passes (30 tentatives) vers l'arrière, surtout dirigées dans l'axe. Le reste se répartit entre 13 passes latérales (toutes réussies) et 23 vers l'avant (17 réussies). Le graphique de droite montre qu'il a surtout joué sur les côtés (y compris son assist, affiché en jaune) : on ne l'a donc pas vu donner de ces passes dans la profondeur plein axe dont il a le secret et qui sont souvent décisives. Enfin, même si ce n'est pas visible ici, Messi n'a jamais joué long.

On poursuit avec deux graphiques  : à gauche ses passes ratées (trois tentatives dans le grand rectangle), et à droite ses passes latérales.

 

Défensivement, Messi a également été présent. Ci-dessous, deux graphiques de ses tentatives de récupération de balles (réussies à gauche, ratées à droite). Le constat est clair : Messi a surtout pressé côté droit. Il est par ailleurs redescendu à deux reprises dans le camp du Barça pour défendre ; on note surtout cette magnifique récupération près du point de corner en première mi-temps, où, plein d'autorité, il arrache littéralement la balle à l'attaquant. L'Argentin a fourni sa part de travail défensif pendant tout le match, il a pressé du début à la fin même si ce n'était pas le même impact qu'un Villa ou un Pedro.

 

Statistiques

  • Général 
    • Ballons reçus : 74
    • Ballons récupérés : 7
    • Ballons perdus : 4
    • Corners provoqués : 2
    • Corners concédés : 0
    • Distance parcourue : 8.86 km
    • Temps de jeu : 90 min
  • Passes 
    • Passes tentées : 67
    • Passes réussies : 56
    • Passes décisives : 1
  • Tirs 
    • Tirs : 5
    • Tirs cadrés : 3
    • Tirs sur les montants : 0
    • Buts : 0
  • Fautes 
    • Fautes reçues : 3
    • Fautes commises : 1
    • Hors-jeu : 1
    • Cartons jaunes reçus : 0
    • Cartons jaunes provoqués : 0

Note du joueur

  • barcamundial... 7.25/10 « Pour son impact, sa précision, son envie... mais un Messi qui ne marque pas en LDC est un Messi capable de beaucoup mieux. »
  • Ronaldo97......  8 /10 « Très bon match, décisif sur 2 buts, a aimanté la défense et créé des espaces. N'a manqué qu'un but. »
  • Wedge............  8 /10 « N'a manqué qu'une ou deux frappes véritablement dangereuses. »
  • Moyenne.........  7.8 / 10 

 

Texte :  barcamundial, Wedge

Graphiques et statistiques : Ronaldo97


Source: FCBClan

Posté par Wedge
Article lu 6137 fois