En Une | Messi | samedi 11 juin 2016 à 12:04  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

L'Argentine de Messi et Mascherano face au Panama en Copa América.

Le film du match

Pour le second match de l'Argentine en Copa América, Tata Martino aligne son 4-3-3 avec une défense composée de Mercado, Otamendi, Funes Mori et Rojo. Mascherano, capitaine en l'absence de Messi (retour de blessure), joue en sentinelle devant la défense ; le trio du milieu étant complété par Fernandez et Banega. Devant, le trio d'attaque est composé de Gaitan, Higuain et Angel di Maria.

Le match commence sur un bon rythme. Dès la 7e minute, une faute sur Mascherano donne à l'Argentine un joli coup-franc excentré à gauche. Di Maria le botte et trouve la tête d'Otamendi qui ouvre la marque. Higuain obtient peu après une autre occasion, mais son tir est repoussé. En face, la réplique du Panama ne se fait pas attendre. Les Panaméens n'ont aucun mal à s'engouffrer dans le camp argentin et à se créer des situations, déborder la défense et déclencher des tirs. Ils semblent au-dessus physiquement, leur pressing empêche les Argentins de jouer et force les mauvaises relances.

Malheureusement pour eux, une faute stupide de Godoy à la demi-heure de jeu vient mettre un coup d'arrêt à leur engagement. Expulsé sur second carton jaune, Godoy laisse déjà son équipe à 10. Le Panama recule et l'Argentine retrouve de l'air pour finir la mi-temps mais, si le ballon circule mieux, il n'y aura plus d'occasion franche. Cinq minutes avant la pause, Di Maria est au sol et demande un changement. Blessure à l'adducteur. Lamela le remplace. La mi-temps s'achève et le bilan est propre pour Mascherano devant la défense.

A l'entame de la deuxième période, le public s'emballe : ce n'est toujours pas une occasion, mais bien Messi qui s'échauffe. En dix minutes, Banega s'exprime mieux dans l'entre-jeu, bouge bien, fait un tir cadré, puis donne une passe tranchante sur un bon appel de Higuain dans l'axe. Le Napolitain élimine sur un bon contrôle mais tarde à armer son tir, le défenseur revient au contact et le ballon sort en corner. On sent le second but approcher, et on note que toutes les incursions argentines viennent de la gauche (la filière Banega/Rojo/Lamela), le côté droit semblant paralysé. L'heure de jeu arrive et cela fait déjà trente minutes que l'Argentine est en supériorité numérique : pourtant, les occasions franches tardent à arriver.

C'est là que Messi entre en piste pour remplacer un Augusto Fernandez invisible. À ce stade, le Panama ne voit plus du tout le ballon (30% de possession) et on attend du concret de la part des Argentins. Messi, qui a récupéré le brassard de capitaine, joue en 10, et c'est toujours à Gaitan que revient la charge d'écarter à droite. 68e minute : Messi traîne aux abords du grand rectangle et récupère un mauvais dégagement ; presque seul, il n'a aucun mal à ajuster le gardien et inscrit son premier but du tournoi. Quelques minutes plus tard, l'Argentine a définitivement pris confiance, trop peut-être : montée en masse sur corner, l'équipe est surprise en contre par le Panama et Mascherano, seul resté derrière, se retrouve dernier défenseur à 2 contre 1. Le Blaugrana lit bien son adversaire et récupère proprement

L'Argentine va pouvoir dérouler. À la 77e, Messi efface Henriquez d'une roulette, lequel est obligé de faire faute. Légèrement décalé à droite, le coup-franc est idéalement placé pour la Pulga, qui inscrit fatalement un superbe deuxième but. Vient aussi le remake de l'action d'Higuain : Rojo sert un appel dans l'axe mais cette fois, c'est Messi qui se trouve au bout du fil. Donc but. Un triplé pour commencer, ce n'est pas trop mal, mais ça ne suffit pas à Leo. Reculé et jouant à la passe à 2 avec Mascherano, il trouve le moyen de servir Rojo dans la diagonale, qui remise pour Aguero (remplaçant de Higuain) ; le Kun n'a plus qu'à conclure. Score final : 5-0.

Le bilan des Blaugranas

Bonne remise en jambes pour Messi, revenu de blessure. L'Argentin n'a pas dû forcer son talent pour inscrire trois buts dans trois registres différents (le renard, le coup franc, et l'appel) et en donner un quatrième. Il sera précieux pour fluidifier l'entre-jeu argentin, et il peut offrir une solution à droite où ses équipiers n'ont pas répondu présent. Quant à Mascherano, il livre un match sérieux devant la défense. Propre, presque pas de fautes, il reste toutefois limité dans la verticalité. 

 

 

 


Source: FCBClan

Posté par Wedge
Article lu 8510 fois